Résumé

La province du Sauveur le Plus Saint

La province du Sauveur le Plus Saint a été établie en 1735 après la désinté­gration de la province de la Bosnie Srebrna. A l'heure de la séparation, cette pre­mière comportait neuf monastères: Zaostrog, Živogošće, Makarska, Omiš, Sinj, Šibenik, Knin, Visovac, Karin et trois hospices (Sućuraj, Sumartin et Split). Split sera proclamé monastère en 1836, et Sumartin et Imotski en 1838. Le monastère de Notre Dame de Lourdes à Zagreb et de St. Gabriel à Munich obtiendra éga­lement leur statut de monastère en 1931.

Des paroisses, dirigées la plupart du temps par les Franciscains, ont été fon­dées autour de ces monastères. Actuellement, les Franciscains de la province du Sauveur le Plus Saint exercent dans les paroisses des diocèses de : Zagreb (1) ; Zadar (1), Split (34), Šibenik (39), Gospić-Senj (7) Hvar (1). Les prêtres ont conduit dans le monde entier leurs activités de missionnaire : au Canada, aux Etats-Unis, en Slovénie, en Allemagne, et jusque récemment en Amérique latine et en Afrique. A la demande de quelques évêques allemands, un grand nombre de Franciscains sont allés administrer dans les paroisses allemandes et y servent toujours.

Le siège de la province était le monastère de St. Laurent à Šibenik jusqu'en 1888, mais il a été déplacé à Split et s'y trouve encore aujourd'hui. Au début du 18ème siècle, la province a élargi ses activités mais en se concentrant toujours sur son travail pastoral. Les prêtres franciscains ont non seulement conduit leurs activités pastorales à l'intérieur de leur province mais ont également pris la res­ponsabilité des chapelains dans des formations croates de l'armée vénitienne. Ils étaient également des missionnaires courageux en territoire turc où certains d'entre eux sont devenus provinciaux de la province albanaise, et d'autres des évêques. Beaucoup de prêtres ont été nommé officiellement prédicateurs.

Ils ont propagé avec succès l'Evangile parmi les fidèles. Ils ont fortement dé­veloppé l'activité littéraire en langue croate et latin. Ils ont essayé également de préserver les racines de la foi par le chant d'église, les livres de prière et les ma­nuels. Par leurs écrits concernant les différents sujets religieux et spirituels, ils ont crée la littérature franciscaine croate dans les territoires où, historiquement, l'écrit et la culture littéraire commençait juste à émerger. Il faut citer certains fran­ciscains les plus renommés tels que fra. T. Babić, fra. L. Šitović, fra. P. Knežević, l'incomparable Andrija Kačić Miošić et bien d'autres. Après la libération des Turcs, ils ont pris soin de la renaissance spirituelle, religieuse et culturelle en jouant un rôle significatif dans la préservation de l'intégration culturelle du ter­ritoire national croate.

L'interaction de leur travail pastoral et socio caritatif était évidente mais plus discrète. Cela incluait diverses formes d'intervention pour l'homme dont la di gnité était mise en danger. La force spirituelle franciscaine était particulièrement mis en avant lors des périodes de maladies contagieuses, quand le personnel médical faisait appel au clergé dans les villages et les lazarets principalement dans la consolation des malades. Pendant la famine, durant la deuxième guerre mondiale, mais également dans la guerre de libération, les Franciscains aidaient les pauvres.

Grâce aux Franciscains, les fidèles en Croatie ont maintenu et préservé cer­tains modes de dévotion typiquement franciscains comme : le Chemin de Croix, la Passion du Christ, la Scène de la Nativité et les chants de Noël. Ils ont particu­lièrement favorisé parmi les Croates la piété de St. François à Notre Dame et les dévotions traditionnelles à Marie. Le bulletin paroissial de Notre Dame de Sinj a été lancé entre les deux guerres mondiales et le journal Marie après la deuxième guerre mondiale; ce dernier est toujours publié et propage la gloire de Marie parmi les fidèles. La Province englobe les trois fameux lieux saints de Marie de: Sinj, Visovac, Dobri à Split, et jusque récemment elle comportait également l'Académie pontificale Mariale internationale (PAMI). Grâce à leur vie spirituel­le, les Franciscains ont surmonté des périodes dures. Quand certains d'entre eux s'épuisaient ou étaient occupé par leurs activités séculaires, il en restait d'autres qui pouvaient encourager leurs confrères sur le chemin de l'Evangile par leur travail inlassable et leur vie exemplaire. Le peuple croate garde le souvenir des personnalités saintes comme : fra J. Glunčević, fra J. Ivelić (+1874) fra. P. Bačić, fra. V. Bilušić (+1939) et fra M. Ivandić (+1942). Fra Rafo Kalinić (+1943) et le Servant de Dieu Ante Antić (+1965) ont montré leur esprit héroïque. L'édition du bulletin du bon Père Antić par la Province a coïncidé avec la procédure de sa béatification et l' édition du feuillet de fra Rafo Kalinić.

Beaucoup de Franciscains se sont occupés d'archéologie et de paléontologie, de collection de chansons folkloriques et l'héritage national. Récemment, les mo­nastères de Sinj, de Visovac, de Sibenik, de Zaostrog, d'Imotski et de Sumartin ont exposé leurs collections valables. La collection malacologique a été créée à Makarska.

La deuxième guerre mondiale a eu un profond et douloureux impact sur la communauté franciscaine puisque les communistes, dans leur lutte pour le pouvoir, se sont également attaqués aux serviteurs de l'Hôtel. Beaucoup de fran­ciscains sont morts, la plupart d'entre eux des prêtres de paroisse pendant et au lendemain de la guerre (44 tués, 48 emprisonnés et un grand nombre d'entre eux ont émigré). Des églises et des maisons de paroisse ont été endommagées ou incendiées, des monastères ont été dévastés, des propriétés dépossédées et des écoles accréditantes ont été supprimées.

Après la deuxième guerre mondiale, les Franciscains se sont trouvé face à un environnent social et politique défavorable concernant leur prêche du Christ crucifié. Des prêtres de paroisse ont sacrifié leur vie solitaire pour protéger non seulement des villages dépeuplés mais également des objets anciens et saints. Le nombre de prêtres a augmenté en dépit de ces circonstances. Grand nombre d'entre eux se sont déplacés à l'étranger pour servir les immigrés croates dans le monde entier. On leur reconnaît la reconstruction de beaucoup de monastères et d'églises, mais également leur construction.

Dans l'état socialiste nouvellement fondé, l'antagonisme national s'était épa­noui et avait eu un impact spécifique en Croatie après la chute du communisme Soviétique. Après les premières élections démocratiques en Croatie en 1990, les régimes de la Serbie et du Monténégro, soutenus par l'armée et la police you­goslaves et aidés par des Serbes rebelles en Croatie, ont commencé l'agression contre la République de Croatie. Forcés par des agresseurs, les Croates et les membres de minorités nationales ont quitté leurs maisons en grand nombre.

Se trouvant sur les territoires ciblés par le désir d'expansion de Serbes, ils ont dû trouver refuge ailleurs en Croatie ou à l'étranger. Près du tiers de la pro­vince a été occupée par les Serbes dans la guerre de libération (1991-1995). Des églises et de nombreuses maisons de paroisse ont été endommagées ou ruinées. Les Franciscains ont dû partager le triste destin des réfugiés, encourageant ceux qui avaient besoin d'appui spirituel ou matériel. Lors de la libération en 1995, les prêtres sont revenus avec le peuple et l'es ont aidé à reconstruire sur les ruines.

Bien que la Province soit devenue indépendante dans les temps difficiles de 1735, ses premiers capitulum conventuale ont eu lieu pour discuter au sujet de l'instruction des jeunes. L'expérience des écoles de monastères de Bosnie Srebrna en a prouvé l'avantage : les étudiants pouvant ainsi obtenir la connaissance élé­mentaire, puis une éducation plus élevée, car il n'y avait aucune école primaire de Neretva jusqu'à Zrmanja, de la mer jusqu'à la frontière turque. En plus de la lecture, l'écriture, l'orthographe et la grammaire, les enfants avaient des matières d'enseignement nécessaire pour la vie. Une telle éducation a eu comme consé­quence la création de divers alphabets, catéchismes et livres pour une meilleure éducation. Les enseignants de philosophie et de la théologie ont également fait des notes et des polycopiés pour les étudiants.

Ces écoles de monastère étaient des plateformes pour la fondation de l'école classique de la grammaire Franciscaine en 1838 et sa filiale à Sinj en 1854,qui sera la première école de grammaire accréditée en langue croate en Dalmatie.

Préservant son héritage philosophique et théologique riche, la Province a fon­dé des universités similaires à Makarska et Sibenik. Cette dernière est devenue l'université centrale de premier rang et a été autorisée à former des professeurs, reconnus par l'Ordre Franciscain. La réforme scolaire a eu comme conséquence l'établissement de la faculté franciscaine de la théologie à Makarska en 1936. Elle s'étendra avec la branche de faculté catholique de la théologie de l'université de Zagreb en 1999 et avec la filiale de la faculté de la théologie de Split, qui devien­dra l'un des fondateurs de la faculté catholique de la théologie à l'université de Split.

La fondation des écoles a mené à l'apparition d'un grand nombre de cer­cles intellectuels franciscains, instruits dans la langue et les sciences socio-his­toriques. Afin de suivre les différents thèmes historiques, philosophiques et théologique, la Province a commencé à éditer les bulletins Nouvelle Revue et Service Liturgique et également le journal scientifique Kačić. Les membres de la Province étaient non seulement des professeurs d'écoles provinciales mais la plupart d'entre eux enseignaient en dehors de la province dans des universités monastiques et diocésaines.

Les prêtres de paroisse ont fait des efforts pour préserver la communauté chrétienne dans des périodes difficiles où les villages ont commencé à se dé­peupler à cause de départs en ville ou à l'étranger. En tenant sa position et en continuant sa mission franciscaine dans cette région de notre patrie, ils ont pu préserver la foi et les sentiments nationaux, en favorisant la renaissance spiri­tuelle et soignant les blessure de la guerre.

En presque trois siècles d'histoire, les Franciscains se sont investis sans relâ­che au service de Dieu et du peuple. Le témoignage de leurs efforts et sacrifice est présenté dans ce Schématisme.

 

 

 

Pretraži sadržaj

Aktualno

FRANJEVAČKI BOGOSLOVI

INTERNET STRANICA


FACEBOOK STRANICA

**********************

Fra Stipica Grgat:

Otpjevni psalmi

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Promo film o Provinciji

Posjetitelji

DanasDanas1895
Ovaj mjesecOvaj mjesec73303
UkupnoUkupno4907024

Online

Trenutno aktivnih Gostiju: 159 

Administrator

franodoljanin@gmail.com